En coaching, le processus d’accompagnement classique d’une reconversion professionnelle est constitué de grandes étapes, considérées comme incontournables.

1.LE COACHING POUR SE CONNAÎTRE

Pour ma part, je propose pour commencer un module « connaissance de soi » :

QUI SUIS-JE ? C’EST QUOI MES FORCES ?

qui fera émerger les qualités personnelles et professionnelles, les compétences, les potentiels non exploités. Bien entendu, un processus d’exploration des goûts et des valeurs du coaché viendra compléter l’identification de ses fondamentaux.

Cette exploration ne fait pas l’impasse sur les antivaleurs (contraire des valeurs) les points faibles et axes de progrès que la personne veut travailler.

POUR QUEL METIER SUIS-JE FAIT ?

Ensuite, je m’appuie sur un test psychométrique dernière génération qui va croiser les données de cette personnalité et en dégager des profils en adéquation avec des métiers.

Un profil sera plus ou moins en adéquation avec plusieurs métiers, dans des secteurs d’activité très variés.

Plus la personne accompagnée est talentueuse et éclectique, plus l’éventail des métiers proches de son profil est vaste. En résumé, elle est capable de réussir dans des domaines très éloignés et très nombreux…

C’est à ce moment-là que le processus permet une ouverture d’esprit maximum.

2. LE COACHING POUR OUVRIR LA CONSCIENCE

 

Deux méthodes, l’entonnoir et l’intuition créatrice, développées ci-dessous, peuvent nous aider à répondre à la question :

comment choisir, réussir et s’épanouir ?

La méthode de l’entonnoir

En coaching, nous allons soumettre chaque orientation possible aux critères personnels de la personne.

Est-ce que ce métier lui plait ? Nécessite-il de passer par une formation ? est-elle accessible ? finançable ? Y a-t-il des débouchés ? etc

Nous serons amenés à confronter les pistes à la réalité du marché, et procéder par élimination pour dessiner le nouveau projet professionnel.

 

Ce processus ressemble à celui d’un entonnoir. La partie évasée contient toutes les orientations qui correspondent plutôt bien au profil de la personne. Puis la personne fera des choix, par attirance ou par défaut, pour ne retenir qu’une ou deux pistes concrètes.

 

ou

 

L’intuition créatrice

Pour l’illustrer, je m’appuie sur un de mes coachings en reconversion professionnelle.

J’accompagne une jeune femme que nous nommerons C.

Après 10 ans d’expérience dans le domaine de la culture, elle a quitté son entreprise pour des raisons plus liées à un conflit de valeurs, que de contenu de poste.

Les premières séances ont mis au jour de nombreux talents : rigueur, esprit d’analyse, écoute, créativité. Toutes sortes de métiers correspondant à son profil sont ressortis. La culture oui, mais aussi bien d’autres ;

Petit à petit, C. a pris conscience que les postes dans la culture la motivaient de moins en moins. Elle est arrivée un jour en séance avec la bonne piste et dans l’idéal le nom de l’entreprise qu’elle rêverait d’intégrer.

EUREKA ! Son projet est là, solide, évident, authentique. C. mettra tout en œuvre pour le ré

Que s’est-il passé ?

C. était en vigilance 360°. Elle avait pris l’habitude d’écouter les conférences de France-Culture. Un jour, le thème porte sur la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises)

L’intervenant la passionne, la touche. Il a écrit un livre que C. achète. Elle le dévore. Elle est conquise.

Cette conférence a fait « tilt » puis le fil s’est déroulé et le projet est devenu très concret.

Elle a laissé ouvert en grand son esprit à de nouveaux champs d’opportunités. Le temps d’y laisser pousser une toute petite graine à un endroit où son regard ne s’était jamais posé. Cette pousse est sortie de terre, puis a grandi de façon fluide et rapide. Elle est devenue tige vivace nourrie chaque jour par l’attention quotidienne et émerveillée que C. lui porte.

Grâce a l’intuition créatrice, un changement profond et essentiel s’est opéré.

 

Conclusion

Pour une reconversion professionnelle épanouissante, il est productif de mettre son esprit « en friche » et d’ouvrir en grand le champ des possibles.

Le coaching va bien au-delà d’un simple Bilan de Compétences. Ce dernier s’appuie sur un process de capitalisation de compétences et d’expériences réussies. Il a tendance à conforter la personne à rester dans ce qu’elle sait déjà faire, même si cela ne lui convient plus.

Share This